3somesisters s’invite chez Chuchotements

3somesisters est un groupe ovni qui reprend des tubes dance des années 1990 dans un style jazz et sophistiqué en y ajoutant une performance décalée et haute en couleur. Leur EP est sorti en Novembre 2012.

Ce groupe nous a été recommandé par Cyril Bodin (Bus Palladium) lors de son interview. C’est autour d’un verre dans le bar des Pères Populaires que Florent Mateo, membre du groupe, a répondu avec plaisir à nos questions.

Peux-tu présenter le groupe ?

Notre groupe s’appelle 3somesisters, tout attaché sinon tu peux tomber sur des sites X un peu glauques ! (Rires) Notre groupe se compose de Sophie Fustec, Bastien Picot et moi-même Florent Maeto. Sophie a plusieurs projets, elle est pianiste pour plusieurs artistes dont Christophe Maé, Pauline Croze et Grégoire. Bastien fait du gospel et a un projet pop. Je fais également du gospel et nous sommes choristes pour des plateaux-télé.

Comment cela a commencé ?

J’ai rencontré Bastien à Bordeaux il y a sept ans lors de nos études de musique. A l’époque, nous avions déjà des projets en tant que choristes. Il y a trois ans j’ai eu l’envie de nous mettre un peu plus en avant. Nous avons formé une équipe qui fonctionne autour d’un concept : voix et arrangements sophistiqués. Nous avons eu l’idée de reprendre des tubes dance des années 1990.

Peux-tu expliquer ce choix.

Je sentais pointer un revival des années 1990 sans grand risque car la tendance suit toujours une logique de cycles. Depuis peu, nous sommes en plein dedans, que ce soit dans la mode, le visuel et les arts-plastiques. Il y a quelques temps, les covers des années 1980 se multipliaient ; comme on pouvait le voir avec Paris Dernière et Nouvelle Vague… C’est aussi pour cela que nous avons décidé de nous recentrer sur les années 1990. Lors de nos études, nous nous amusions déjà à reprendre No Limit de 2 Unlimited au piano. Si on s’appuie sur la mélodie tout en en changeant la grille, on peut très bien en faire un blues. Nous voulions montrer que cette chanson n’est pas si nulle que ça… Après tout, ce n’est pas parce que la chanteuse fait gigoter ses cheveux devant une roue dans le clip que ses textes sont stupides ! (Rires)

Quel est donc l’univers de 3somesisters ?

Pour 3somesisters, nous nous demandions comment nous pouvions apporter une touche d’originalité car faire des arrangements sophistiqués sur des morceaux qui sont considérés comme « assez mauvais », c’est déjà vu et ça n’a rien d’extravaguant. Finalement c’est un peu le comble du snobisme : faire du sophistiqué avec de la merde ! (Rires) Il fallait arriver avec quelque chose de très écrit, d’un peu érudit et d’un peu virtuose, mais sans en avoir l’air… Nous avons décidé d’apporter une attitude pop, rock et décalée. C’est une performance : nous occupons l’espace et gigotons dans tous les sens. Comme nous étions deux garçons et une fille, nous avons décidé de prendre le nom de « sisters » et de nous grimer en filles, sans tomber dans le ringard ni dans le « travelottes » dégueulasse. Transformisme, performance et fin du monde : nous sommes devenus des créatures cosmologiques ! Nous ne parlons jamais sur scène, notre vecteur est la musique. Comme nous ne sommes pas d’ici, nous ne faisons pas ce que font les gens lors d’un récital : nous ne caressons pas le public dans le sens du poil et ne supportons pas les applaudissements. C’est un travail scénique drôle et transgressif, et cela nous permet de changer les codes : nous intégrons le public dans le show.

Quelles sont tes influences ?

Mes influences ne sont pas forcément liées à notre style musical. J’ai énormément écouté Steve Reich, Moondog, Philip Douglas et Meredith Monk. J’aime énormément tout ce qui tourne autour de l’électro et du trip-hop : Massive Attack, Björk, Tricky, Martina Topley-Bird, Radiohead, etc. Ces influences se ressentent plus dans mon projet électro Fluocarré, alors que pour 3somesisters, nous avons plutôt des références jazz.

Comment travaillez-vous au sein du groupe?

J’ai travaillé les arrangements et les compositions avec Bastien et nous nous sommes beaucoup investis. Nous avons également des compositions pour lesquels nous essayons de faire du « Gloubi-boulga »… 3somesisters veut dire « ménage à trois » ou « les sœurs partouze », nous faisons donc une partouze musicale : il n’y a pas de règle nous mélangeons la dance au jazz, au ghospel, au rock, à la soul et à l’électro. Bastien, qui est bilingue, s’occupe des textes. Pour le côté performance, je suis plus le metteur en scène et Bastien, qui fait également du théâtre, est le comédien. Sophie a intégré le groupe plus tardivement, mais elle a une véritable force de proposition et compose des choses de bon goût. Nous trouvons un bon équilibre.

Pourquoi avoir choisi les Pères Populaires comme lieu d’interview ?

C’est un bar que j’aime bien. J’étais venu avec notre graphiste pour parler du visuel et c’est un endroit assez agréable pour travailler. Ce n’est vraiment pas cher, mais cela peut être un peu bruyant. Le mobilier est plutôt sympa : ce sont des vieux canapés à la « Friends ». En général quand ça sent un peu la campagne, je m’y sens bien… particulièrement quand c’est à Paris ! Nous ne sommes pas des vrais guerriers, ce qui nous plait, c’est de savoir que nous pouvons sortir de la poussière et des endroits crades rapidement car nous sommes à Paris.

Les Pères Populaires, 46 Rue de Buzenval, 20e.

www.facebook.com/perespopulaires

Quels autres endroits fréquentes-tu à Paris ?

Je vais souvent à la Fée Verte et au Pause Café qui sont des bars dans lesquels je me sens bien. La Fée Verte est un bar à absinthe vraiment cool. Le Pause Café a une terrasse des plus sympathiques et ils ont un vaste choix de sirops.

La Fée Verte, 108 Rue de la Roquette, 11e.

www.facebook.com/La-Fée-Verte

Le Pause Café, 41 rue de Charonne, 11e.

www.facebook.com/Le-Pause-Café

 

J’aime Le marché des Enfants Rouges, cela donne l’impression d’être dans un petit marché du Sud. C’est un peu people, nous tombons à chaque fois sur quelqu’un de connu… Je n’y vais pas pour ça, mais ça prouve que cet endroit est très apprécié. J’y vais pour manger, il y a de supers restaurants à l’intérieur ! J’ai testé le restaurant libanais, le créole, le marocain et le japonais ; ils sont tous à recommander. Ils sont plus ou moins chers, mais la qualité le justifie. J’emmène souvent mes amis non-parisiens visiter le lieu.

Le marché des Enfants Rouges, 39 Rue de Bretagne, 3e.

www.mairie3.paris.fr

Et le Menelik qui est un restaurant éthiopien que j’adore. C’est très drôle car il y a des photos d’Hélène Ségara partout. C’est une habituée, elle vivait au dessus quand elle est arrivée à Paris et c’est devenu leur star ! C’est très bon, tu manges dans un grand plat avec les doigts et une grande crêpe. Tu as de la viande en sauce assez pimenté, du chou, des lentilles, etc. C’est délicieux !

Restaurant Menelik, 4 rue Sauffroy, 17e.

www.menelikrestaurant.com

J’aime les friperies Guerrisol, il y en a plusieurs : à Château Rouge, à Marcadet, à Barbès et une vers la place de Clichy qui est ma préférée. Il faut fouiller, mais il y a tellement de modèles uniques à découvrir. Il ne faut pas avoir peur à mettre le nez dans des coins de vêtements qui peuvent sembler ignobles.

Guerrisol, 19 avenue de Clichy, 17e.

guerrisol.com

J’aime bien aussi des endroits LGBT et Queer : Les souffleurs et La mutinerie.

La mutinerie est un endroit relativement lesbien et j’apprécie la musique là-bas. Je n’aurai pas du regarder The L-Word car je crois que j’aime les ambiances lesbiennes ! (Rires) Ils organisent pas mal de soirées à thèmes dont des soirées shuffle. C’est un bar associatif qui a des revendications politiques LGBT.

La Mutinerie, 176 178 rue Saint Martin, 3e.

lamutinerie.eu

Les souffleurs est un bar gay qui me fait penser aux boites de province dans lesquelles j’allais. C’est moins ringard et plus pointu, l’endroit est tout petit, mais on y passe un bon moment.

Les Souffleurs, 7 Rue de la Verrerie, 4e.

www.les-souffleurs.com

 

3somesisters – I Like To Move It
Image de prévisualisation YouTube

3somesisters – All That She Wants

Image de prévisualisation YouTube

 

Page Noomiz de 3somesisters: www.noomiz.com/3somesisters

Leur page Facebook: www.facebook.com/3someSisters

Merci Florent pour cette rencontre agréable autour d’un verre.

******************

Un grand merci à Cyril Bodin, du Bus Palladium, pour cette découverte.

Partenaires

Le Mouv'Paris.fr

Follow us

FacebookTwitter
Soundcloud