Ita L. Née Goldfeld @ Théâtre du Petit Saint-Martin

Une pièce d’Eric Zanettacci

Mise en scène Julie Lopes Curval et Hélène Vincent

Avec Hélène Vincent.

 

Eric Zanettacci rend honneur à son arrière-grand-mère, disparue à Auschwitz, en écrivant son journal fictif.

Ita L. née Goldfeld est le récit d’une vieille femme juive, à laquelle il ne reste qu’une heure pour décider de son destin : fuir ou attendre…

Nous sommes le 12 décembre 1942, Ita, interprétée par Hélène Vincent, est assise sur une chaise dans son petit appartement parisien de la rue du Petit Musc. Seule, elle nous conte ses nombreux souvenirs : sa jeunesse, son départ d’Odessa, sa ville ukrainienne, la fuite des familles juives, leur installation à Paris lorsqu’elle était enceinte et ses relations amicales avec le voisinage. Relations qui ont bien changé lorsqu’ils ont été forcés de porter l’étoile jaune sur leurs manteaux. Les voisins ont commencé à devenir méfiants à l’arrivée des allemands. Ita revient sur la torture des juifs et sur ses discussions avec son mari Salomon :

« Tu vois Ita, les tribus d’Israël ne sont pas prêtes d’être réunies… »

On frappe à sa porte : trois hommes viennent contrôler ses papiers et fouiller son appartement. Ils lui demandent d’enfiler une robe et de faire sa valise car ils reviendront la chercher dans une heure.

« Profitez bien de ce temps… »

Il reste une heure à Ita pour faire un choix. Une heure pendant laquelle espoir, lucidité, peur, souvenirs et questionnements se bousculent. Faut-il faire sa valise ? Ita n’a que peu de doutes concernant la destination de ce voyage. Elle n’a jamais eu l’occasion de se servir de sa valise, mais savait qu’un jour elle en aurait besoin.

« Un bon juif ne doit jamais être trop loin de sa valise, disait Salomon », Ita

Il lui faudra porter son manteau avec son étoile jaune cousue, celle qui leur avait été imposée. Elle se souvient de ne pas avoir trouvé cela très grave au début, mais que petit à petit divers commerçants refusaient de les servir. Elle décide d’emporter avec elle une photographie de sa famille, dont elle est si fière.

Faut-il fuir ? Les soldats allemands envahissent les rues et il ne semble pas y avoir d’issue possible. Fuir pour aller où ? Ita est seule, son mari est mort des suites des blessures de la guerre et ses enfants sont partis. Elle espère que Jacques, son fils aîné qui a épousé une catholique, est en sécurité avec sa famille à Drancy. Elle se demande ce qu’il lui conseillerait.

Elle n’a qu’une heure, une heure de questionnements, de réflexions sur le monde, de pensées et de souvenirs. Seule sur scène, Hélène Vincent fait brillamment revivre le personnage d’Ita et transporte le spectateur dans une époque de tension et de peur avec un regard différent : celui d’une vieille femme juive.

« Je suis juste une vieille juive quelque part dans le monde… » Ita

 

Ita L. née Goldfeld

Du 5 février au 14 avril 2013 au Théâtre du Petit Saint-Martin

17 rue René Boulanger, 10e.

www.petitsaintmartin.com

Crédit photo : Bernard Richebé

www.richebe.com

Partenaires

Le Mouv'Paris.fr

Follow us

FacebookTwitter
Soundcloud